Le groupe SNCF et Uber créent une joint-venture

Voir dans un navigateur

Les exclusivités de Mobilettre

Le groupe SNCF et Uber créent une joint-venture

exclusif

Après les Etats-Unis, l’Europe. La date exacte de la dépénalisation de la consommation et de la vente de cannabis récréatif en Europe n’est pas encore connue (lire plus loin) que l’énormité du marché en jeu attise les appétits. Selon nos informations le groupe SNCF s’est d’ores et déjà associé à la plate-forme Uber pour créer une joint-venture qui couvrirait l’ensemble de la chaîne, du transport de la marchandise à la distribution aux clients: à la SNCF toute la partie logistique amont, quand Uber se chargera des livraisons à domicile sous une marque déjà déposée, Uber Shit.

Les choses devraient concrètement se passer de la façon suivante. Pour le groupe public, Geodis assurera les échanges transcontinentaux et Fret SNCF (ou Captrain, la décision n’est pas encore prise) acheminera ensuite les livraisons en mode ferroviaire. Gares & Connexions, grâce à son réseau de 3000 gares, aménagera des zones de stockage sécurisées où viendront se fournir les milliers de chauffeurs Uber Shit. Il est par ailleurs question que de la vente directe soit organisée dans les Relay H, qu’il ne sera pas utile de rebaptiser.

«C’est un deal gagnant pour tout le monde», se réjouit-on au sein du gouvernement: «La SNCF sollicite ainsi une grande partie de ses activités et trouve une opportune source de revenus dans la période difficile qu’elle connaît, et Uber par ses nombreux recrutements contribuera à insérer des jeunes par le travail légal».

Selon nos informations l’idée a germé dans les jardins de l’Elysée, il y a quelques mois. Jean-Baptiste Djebbari et Alexis Kohler y fument tranquillement quand Emmanuel Macron les rejoint. Ils ne lui cachent pas que ces quelques moments les aident à tenir le coup; un peu grisés par la bienveillance présidentielle (et par la qualité de leur marchandise?), ils osent aller plus loin.

«M. le Président, nous devrions aussi faciliter pour nos concitoyens le fait de s’échapper un peu de la morosité du Covid», plaident-ils.

La machine présidentielle se met en route: «Vous avez raison! Il est temps d’anticiper une dépénalisation qui me semble inéluctable, et à l’échelle européenne si possible. C’est le moment, d’autant que nos amis américains sont en train de franchir le pas. Mais il faut impérativement substituer aux réseaux mafieux une prise en charge publique de la logistique. Jean-Baptiste, demandez à la SNCF de conduire une étude de faisabilité!» Quelques semaines plus tard, le projet était né, avec le renfort de la plate-forme Uber pour la livraison porte-à-porte, là où s’arrêtait la multi-compétence SNCF. Selon nos informations, le Président vient de donner son aval, et s’apprête à en avertir son collaborateur Jean Castex.

Il ne reste plus qu’à obtenir des autres pays européens un accord global: c’est l’objet d’intenses tractations actuelles menées par la diplomatie française, qui pourraient déboucher sur une annonce dès le 1er janvier prochain, quand la France prendra la présidence de l’Europe pour six mois… et à quelques mois de l’élection présidentielle. «C’est un nouveau pari présidentiel, basé sur le renouvellement du principe fondateur « en même temps »: techno-conservateur ET moderne-libéral», commente le politologue Emmanuel Lechanvre.

En pleine tempête sanitaire, cette perspective est d’ores et déjà une bouffée… d’air frais pour une majorité très déprimée par les sondages.

Abonnement à Mobilettre

Choisissez votre expérience de Mobilettre. Livré par mail, disponible en lecture sur tous les supports.

En savoir plus

Suivre Mobilettre     icone-twitter   icone-facebook

www.mobilettre.com

Les Editions de l’Equerre,
13 bis, rue de l’Equerre, 75019 Paris

logo-footer

Se désinscrire